CREER UN FONDS D’INVESTISSEMENT DE PROXIMITE

investir

Comme on l’a vu dans le mauvais bilan de la CCI, l’aide aux entreprises a été en dessous de tout pendant ces dix dernières années.

Le problème majeur des entreprises catalanes reste le manque de fonds propres et la difficulté d’accès aux financements bancaires: “Les banques ne jouent pas le jeu, c’est un fait ! souligne Bruno DELMAS, tête de liste. Dans le département où l’investissement devrait être prioritaire pour financer la croissance ou la consolidation des commerces et des entreprises, les crédits bancaires sont ouverts au compte goutte sans que la CCI ne s’en émeuve. Cela vient peut-être du fait que la CCI est administrée par des dirigeants de banques …”

Notre proposition principale porte sur la création d’un Fonds d’Investissement de Proximité abondé par les fonds de la CCI, des principales collectivités locales mais aussi par les souscripteurs privés du département : “Paradoxalement, malgré la situation économique difficile du Pays Catalan, notre département est l’un des départements de français qui compte le plus grand nombre d’assujettis à l’ISF. En investissant dans cette FIP, non seulement les futurs investisseurs pourront bénéficier de réductions d’impôts mais ils pourront, en plus, faire un geste utile pour l’économie locale” précise Axel BARRIERE, expert-comptable, et colistier de Bruno DELMAS.

Notre objectif est de mobiliser de 6 à 10 Millions d’euros par an qui seront investis dans le cadre de prises de participation minoritaires (ou d’obligations) dans le capital des sociétés catalanes: “Les investissements seront étudiés par des professionnels du capital-développement en lien avec Oséo, notamment. L’objectif est d’aider les entreprises en croissance ou en consolidation à passer leurs caps stratégiques” précise Bruno DELMAS.

Comment nous allons réaliser l’opération: Comme tous les projets présentés tout au long de notre campagne, nous nous faisons un devoir d’indiquer comment l’opération sera réalisée. Dans le cas du fonds d’investissement de proximité, l’objectif est de développer un véritable “effet de levier” (de l’ordre de 1 à 16 au minimum). La CCI investira chaque année, de 500 K€ à 1 000 K€, les collectivités seront invitées à mobiliser de 30 à 40% des fonds investis tandis que le solde sera récupéré sur l’épargne publique (avec avantages fiscaux à l’appui). Ainsi, les finances de la CCI et des collectivités seront préservées tandis que des sommes très significatives seront investies dans les entreprises locales.

Autres propositions :

  • Création d’une Commission de Financement pour les Entreprises au sein de la CCI: Cette commission sera composée de membres de la CCI et d’un représentant de chaque établissement bancaire présent dans le département. Elle doit faciliter aux entreprises l’accès au financement bancaire classique. Les missions de cette commission sont de deux ordres :
    • maintenir des relations privilégiées avec tous les établissements bancaires et négocier des conditions de financement pour les entreprises mais aussi pour la CCI elle-même,
    • étudier les dossiers d’entreprises ayant eu des demandes de financement rejetés par les banques,
  • Création d’une Commission de Médiation pour les Entreprises: Cette commission est exclusivement composée de membres de la CCI (a priori les mêmes membres que ceux de la commission de financement). Cette commission jouera le rôle de médiateur entre les entreprises et les banques afin de débloquer certains dossiers de financements.

4 Commentaires

  1. VM dit :

    ça au moins, c’est ambiteux ! C’est pas comme l’UPE qui prétend s’être lancée dans les mêmes projets avec seulement 200.000 € : et avec ça, ils prétendent aider l’économie locale ! Que Monsieur Espi reste à sa place, à la retraite !

    Répondre
  2. Jacques dit :

    Enfin une proposition pour une aide efficace !!

    Répondre
  3. jean pierre dit :

    Oui voila enfin une campagne digne de ce nom, voilà des projets tout a fait réalisables, pas ambitieux ds les sens du terme, mais ambitieux de vouloir les mettre en place, car jusqu’ici, aucune CCI passée ou présente des P.O n’avait voulue aller aussi loi. Je dis bien “voulue” car je ne nie pas les compétences qu’il y a à l’ intérieur de la CCI actuelle, tant dirigeants qu’administratifs, mais ces mêmes dirigeants ne regardent pas plus loin que leurs entreprises, ils se moquent des autres tout simplement
    Bruno, un homme de poigne, qui fait ce qu’il dit , il a prouvé et prouvera.
    De toute façon, nous avons pu juger Fourcade sur 3 mandats, il ne fera pas plus avec un 4ième mandat, rajeunissons les hommes, Bruno à une équipe jeune, dynamique, faisons lui confiance, ça nous changera pas le monde ni le département si je me trompe, alors qu’avec Fourcade, on sait que rien ne se passera … Essayons , c’est notre devoir !!!

    Répondre

Trackbacks pour cet article

  1. POUR UN TOURISME DE HAUT NIVEAU | Ici et Maintenant : Elections CCI Perpignan 2010

Laisser un commentaire